hespéranges17

hespéranges17 pour dépasser l’inacceptable

Submergé par la douleur de l’épreuve de séparation, le retour à la maison est une étape très violente, face à la réalité de l’absence, qui entraîne souvent une recrudescence des émotions et une extrême fragilité. Au sein de l’association hespéranges 17, appuyé sur notre expérience de parents endeuillés, nous savons que c’est aussi un retour à la vie sociale, familiale, amicale, et professionnelle où le quotidien et les maladresses diverses peuvent être très agressive pour le parent endeuillé. L’isolement semble la meilleure protection mais il a ses limites et ses vices cachés. Les professionnels soignants des maternités veillent et conseillent un soutien psychologique après la sortie d’hospitalisation, mais dans la réalité, quand est-il?  Et bien rien si le parent n’a pas l’énergie et le courage de se tourner vers une thérapie individuelle, rien s’il n’y a pas d’alternative à une thérapie individuelle comme une association de parents qui sont aussi confrontés à la douleur du deuil périnatal.

hespéranges 17 pour trouver les ressources en soi

J’ai tenté de travailler cette séparation brutale avec mon bébé, cette vie qui s’arrête de manière inimaginable alors que la grossesse promet un bonheur sans limites… mais face à un thérapeute ô combien empathique mais qui n’a pas vécu cela, il m’était impossible de me sentir comprise là où j’étais et donc de me libérer de ma culpabilité, de ma solitude. Le besoin de me mettre en lien avec d’autres parents me donnait l’envie de créer une association…Ce thérapeute m’a surtout aidé à retrouver de la force de vie et à mobiliser mon énergie pour m’engager dans cette cause tabou, silencieuse, méconnue. J’allais donner naissance à hespéranges 17…

hespéranges 17 pour s’en sortir à travers la symbolisation.

Parce qu’il n’y avait pas d’association d’aide au deuil périnatal en Charente-Maritime (17), j’ai élargi mes recherches au niveau national et j’ai évoqué mon besoin de partage avec des personnes de confiance, sensibles à mon histoire. Au bouche à oreille, j’ai eu connaissance de l’association d’aide au deuil périnatal -hespéranges- à Landeronde, en Vendée (85). J’ai rencontré Gaëlle, la fondatrice et lui ai raconté mon histoire personnelle qui m’amenait à vouloir créer une association hespéranges 17 en Charente-Maritime. Nous nous sommes retrouvées avec les mêmes besoins et les mêmes objectifs pour investir une association d’aide au deuil périnatal. Par soucis de visibilité pour les parents mais aussi « les pouvoirs publics », nous partageons le même nom d’association hespéranges et hespéranges 17 afin d’être reconnue dans nos missions et dans l’intérêt de santé publique que représente le soutien des parents et familles endeuillés après la perte d’un ou de plusieurs bébés.