• ACCOMPAGNER

    C’est d’abord partager et rendre accessible l’information de nos missions auprès des institutions et personnels accompagnants les parents endeuillés dans les premiers instants du deuil périnatal. Notre présence via notre dépliant et nos coordonnées donne humanité et possibles dans une situation où les parents redoutent le retour à la maison seuls, sans l’enfant attendu.

    C’est ensuite être présent pour eux et leurs familles, dans ce qu’ils vivent de brutal, d’inacceptable, de douloureux, au quotidien et ce, dans le respect de leurs besoins et leurs désirs exprimés. Nous espérons faire de ce site, un endroit de partage où l’écriture donne sens et légitimité aux parents endeuillées et à leur(s) enfant(s) trop vite envolés. Il est un premier contact avec l’association et ses membres qui permettra peut être à certains de trouver l’énergie et le courage d’aller plus loin…

    C’est enfin un numéro de téléphone unique, celui d’une maman qui comprend ce que d’autres ne comprennent pas de ces histoires là … l’accueil téléphonique se veut souvent distant et impersonnel, il est ici chaleureux et participe au mouvement du parent endeuillé désireux d’accepter la main tendue pour se relever.

  • ECOUTER

    Parce qu’il n’y a pas de mots, ou jamais les bons mots pour répondre aux maux….il y a l’écoute.

    Les entretiens téléphoniques avec Sophie n’apportent pas de solutions mais portent attention à l’histoire du parent endeuillé et de son bébé, de ce qu’il a enduré, de ce qu’il traverse et de ce que l’association peut lui apporter.

    Ils peuvent ensuite devenir des rencontres, individuelles ou au sein du groupe de parole, selon les possibles et le cheminement du parent en demande de soutien.  Il est primordial de tenir compte de ce que le parent exprime car le processus et le rythme d’évolution et de résilience est propre à chacun.

    Simplement sentir que même si le bout du chemin semble trop loin, il y a quelqu’un au bout du fil …

  • PARTAGER

    Pour les parents endeuillés : 

    Chaque bébé envolé a une histoire avec ses parents, chaque parent a un lien avec son enfant, mais nous avons en commun d’être devenus parents le jour où nous avons perdu notre enfant…et toutes les projections idéales construites tout au long de la grossesse.

    Partager dans un groupe où notre histoire est tolérée et reconnue par tous, nous donne cette légitimité à nous vivre père et mère. Mettre des mots sur des émotions qui nous bouleversent, des réactions qui nous dépassent, permet de mieux accepter les tourments du deuil. Pour ceux qui n’arrivent pas encore à verbaliser ce qu’ils ressentent, écouter le témoignage d’autres parents endeuillés peut soulager, rassurer et donner la permission de vivre ce qui est à vivre dans l’ici et maintenant.

    Pour les professionnels :

    Parce qu’ils sont intéressés et/ou confrontés au sujet du deuil périnatal, ils demandent à être présents sur ce temps d’échange. Pour eux, c’est avoir la possibilité d’enrichir leur approche professionnelle, de mieux comprendre les difficultés rencontrés par les parents et leurs besoins premiers en écoutant leur témoignage et en réagissant. Le partage est libre, les questionnements sont bienvenues.

  • SYMBOLISER

    Que reste t-il aux parents, de ce petit être venu et si vite disparu ? une vie in utero et les mémoires organiques que seules les femmes renferment en elles, une mort silencieuse et parfois une rencontre des corps sans peau à peau, un protocole médical qui laisse souvent des regrets…une courte vie en milieu hospitalier et non chez soi, dans le nid douillet qui a pu être préparé pour accueillir bébé…

    Symboliser quand cette naissance n’a pas été « classiquement » ritualisée est une nécessité pour tout parent endeuillé, surtout les mamans, qui cherchent à se raccrocher au moindre souvenir de peur d’oublier le peu qu’elle ont vécu avec leur bébé… symboliser devient alors une urgence lorsque l’on rentre chez soi, dans une maison ou une chambre désespérément vide ou à vider …cela rappelle le vide laissé dans notre corps de femme,ce ventre qui n’est plus, au berceau qui n’est (naît) pas non plus …

    La symbolisation créée des souvenirs là où il n’y en a pas… et donne vie et place à cet événement dans l’existence du parent. Elle lui permettra de construire un lien à son enfant dans l’acceptation et le soulagement de sa douleur…sans jamais oublier.

  • TROUVER

    hespéranges 17 veut rassembler les informations relatives au deuil périnatal. Que ce soit un mouvement associatif, journalistique ou social, recueillir et partager l’information de ce qui évoque le deuil périnatal permettra aux parents endeuillés de mieux comprendre ses enjeux, de dynamiser le mouvement et d’avoir l’opportunité d’y participer. C’est aussi donner une place légitime dans la société à ce sujet de santé public, qui apportera reconnaissance aux nombreux parents qui le vivent.

  • PROPOSER

    Pour soutenir et concrétiser nos missions, hespéranges 17  propose l’intervention de professionnels de santé qui apporte leur savoir-faire, leur savoir-être et leur expérience.

    Leurs conférences sur des thématiques proposées selon les désirs des parents répondent de manière précise et adaptée aux questionnements et amènent la richesse de l’échange.

    Les ateliers thérapeutiques tels que sophrologie, art-thérapie…animés par des thérapeutes spécialisés peuvent intéresser des parents en difficultés dans l’expression et/ou la gestion de leurs émotions, dans le besoin de lâcher-prise mais aussi, renforcent le travail de symbolisation expliqué précédemment.

    Des manifestations peuvent être organisées en partenariat avec les institutions, dans le soucis de rassembler pour rendre hommage aux bébés disparus, de partager un moment convivial qui (re)donne vie et espoir à toutes ces familles fragilisées par ce parcours long et douloureux, de mettre en lien les « acteurs » pour plus d’humanité et moins d’individualité.

  • SOUTENIR

    hespéranges 17 n’est pas une association juridique, les membres de son bureau ne sont pas spécialisés ni compétents dans le domaine de la législation. Cependant, la volonté de soutenir dans les démarches administratives vient simplement du constat que la violence de l’épreuve à vivre et la douleur qui fait suite ne permet pas toujours la clairvoyance… des questions qui restent non posées ou sans réponses, des doutes, comment faire avec ce qui n’a pas été, avec les regrets… soutenir c’est réconforter l’autre dans un moment très inhumain et indéfinissable pour le parent déchu, où certaines étapes très protocolaires sont ingérables, faute d’énergie et parfois de lucidité.

    Les informations juridiques et administratives mises à disposition des parents endeuillés se veulent transparentes, et des liens vers les services concernés sont proposés pour plus de justesse.