La grand mère de Nina raconte aussi son histoire …

 » En cette fin octobre 2011, dans le jardin ensoleillé et le bonheur de se retrouver, Sophie m’écrit sur cette carte personnalisée :  » aujourd’hui dans ta nouvelle maison cocoonée et ton jardin arboré, ton agréable anniversaire et une heureuse révélation vont se rencontrer et s’apprivoiser… » Mes yeux de larmes remplis et mon cœur tout rétrécit, c’est le bonheur d’être à nouveau mamie …. »

L’annonce d’une grossesse dans une famille est un événement heureux & bouleversant car elle vient s’inscrire dans une lignée générationnelle qui poursuit sa descendance par ce petit être à venir… et puis, devenir grand-parent, c’est aussi accéder à un nouveau statut, à un nouveau lien à l’enfant et porter un nouveau regard sur son enfant devenu parent… c’est LE cycle de la vie …

 » Son vente s’arrondissait, tout devant (comme pour mes grossesses : ce sera une fille? )
Son sourire se faisait tendre et ses yeux pétillaient …
Le couperet est tombé au 5ème mois, violent et irréversible … mon cœur bat plus fort, tout mon corps me fait mal, aucun mot ne peut exprimer cet état…
Les semaines s’étirent jusqu’à l’aboutissement final…; 
Cyril m’envoie un SMS de la salle de naissance : « Sophie a été très courageuse… » et toi ???
Ma Sophie est en souffrance, Cyril est en souffrance, je suis en souffrance, maladroite et mal à l’aise, mal tout plein…
Face à Sophie, je n’ai pas les mots, face à Cyril, sa tristesse m’envahit, le regard se détourne…
Comment vont-il retrouver le chemin de la Vie ? « 

Douleur impénétrable, irréparable, et tellement visible… comment inventer une autre manière de communiquer pour ne pas laisser le silence s’installer ?
Chacun à sa place, avec son propre vécu de la situation et non dans l’appropriation du vécu de l’autre, comment exprimer sa peine sans honte, sans pudeur, avec simplement, humanité ?

Chaque famille qui traverse cette épreuve de vie, vivra un chemin de deuil différent ; car oui, les grands-parents aussi ont un deuil à accomplir, celui d’être devenus grands-parents d’une autre manière que ce qu’ils avaient projeté… mais ils le sont, et le resteront car cet enfant est bien inscrit dans leur lignée familiale.
Il parait donc important de faire une place entière à cet enfant venu & reparti, pour accepter la réalité et libérer la parole de chacun dans le système familial.
Les parents ayant subi la perte de leur bébé ont des demandes différentes selon leur propre réaction et leurs propres besoins dans leur processus de deuil…Il n’y a donc pas de solution toute faite mais plutôt des valeurs humaines qui doivent aider à renforcer la fragilité humaine qui surgit par ces épreuves de vie et brise le lien, à soi, à l’autre.

  • l’ECOUTE bienveillante des uns et des autres,
  • la RECONNAISSANCE et le RESPECT de la douleur de chacun
  • le MANQUE que laisse ce bébé à chacun
  • le RYTHME dont chacun a besoin pour assimiler ce qui vient de se passer et se projeter dans les jours « a-venir »

Et pour ceux qui cherche à dire, sans pouvoir dire, ou en disant mal…
Sachez qu’il vaut mieux dire que l’on ne sait pas quoi dire, plutôt que de ne rien dire …
La fuite et le silence ne montre pas la bienveillance et la compassion alors que reconnaître son impuissance mais regarder l’autre avec Amour et présence maintien le lien…

Mamie fait parler Nina :  » Après 7 mois et demi dans ton ventre, que tu caressais si souvent, j’ai dû partir vers d’autres horizons…sans vous. Maman et Papa, vous m’avez nommé Nina et j’aurais tant aimé vous entendre le prononcer. Ce petit nid tout chaud et vos babillements (si, si, je vous ai entendu) vont me manquer. Mais je sais que j’ai ma place dans vos pensées et vos cœurs à jamais…et pour me plaire, vivez heureux sur le chemin de votre vie. »

Parce que la musique est universelle et dit tout haut ce que l’on vit tout bas…